Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2008 6 25 /10 /octobre /2008 05:48


Pour conserver un service public de qualité dans nos campagnes, au prochain mouvement de grève, et par solidarité avec les grévistes  faites comme la photo ci-dessus, bouchez votre boite aux lettres, il n'y a aucune raison que les non grèvistes travaillent, sans culpabiliser. La LCR et Olivier Besancenot appelle l’ensemble des postiers à la résistance et à la désobéissance à l’égard de la direction.

M.J.P.Bailly, président de La Poste en exercice, joue les éclaireurs pour le compte du gouvernement Sarkozy-Fillon. Sous couvert d’ouverture du capital et de changement de statut, son plan de privatisation de La Poste est bouclé. Les postiers sont concernés mais aussi les dizaines de millions d’usagers et les élus. Dans les zones rurales et les quartiers populaires, la Poste est souvent le dernier service public encore en fonction et chacun sait que le facteur c’est un lien social avec les habitants. France Télécom a subi le même sort il y a quelques années. Personne n’est dupe du charabia officiel. La privatisation c’est la fin du tarif unique postal, des tournées sur l’ensemble du territoire, la fermeture de milliers bureaux de poste, la suppression de milliers d’emplois. Pour une raison simple : les actionnaires voudront se faire du fric. La LCR et Olivier Besancenot appelle l’ensemble des postiers à la résistance et à la désobéissance à l’égard de la direction. Dès le mois de juillet, par voie de pétition, les salariés de La Poste ont exprimé leur refus de la privatisation. Le 23 septembre, l’ensemble des organisations syndicales appellent à une journée de grève qui doit être un succès. Mais, il faut faire converger l’ensemble des initiatives de riposte, travailler à l’unité des salariés, des usagers. Tout le monde se rappelle de l’appel des élus de la Creuse. En ce sens, la bataille pour la tenue d’un référendum doit être un point d’appui pour construire un courant d’opinion favorable à la défense du service du service public postal. Le 5 septembre 2008.



Comité drômois contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal

 

            Une première réunion du comité s’est tenue à Valence le 23 octobre 2008 à 19 H.

            Cette réunion concrétise la création du comité.

            Etaient présents : CGT (FAPT, UD) , FO PTT, sud PTT, FSU, Les Verts, NPA, PC.

           

            Il est possible que l’on ait oublié de convoquer des organisations.

            Toutes celles qui souhaitent se joindre à ce comité sont les bienvenues.

 

           Le comité « décline » au niveau local les orientations prises nationalement.

 

           Une plate forme commune a été rédigée en intersyndicale. Les partis politiques ont signé nationalement des textes s’opposant à la privatisation.

            Des conseillers généraux, des maires, des élus autres, des conseils municipaux etc… ont pris positions contre la privatisation ; soit en signant des pétitions ou en prenant des délibérés de conseils municipaux par exemple.

            Il y a besoin de continuer la mobilisation avec les élu(e)s.

 

            Tous les participants ont souligné les risques qu’engendreraient une privatisation de la Poste pour tous les usagers ; y compris pour les PME et l’artisanat..

            D’où nécessité de s’adresser à eux.

 

            L’Etat n’honore pas ses engagements ; entre autres au travers du non versement des sommes dues pour la compensation des coûts d’acheminement de la presse.

 

            Il faudrait insister sur les zones rurales. D’ailleurs il faudrait contacter les syndicats agricoles. Nous pourrions aussi contacter les associations travaillant dans le secteur social (secours populaire, ADT Quart monde, etc…)

 

            L’accessibilité au service public postal ne passe pas que par la présence physique, qui doit être améliorée ; notamment en zone urbaine, mais cela passe aussi par les tarifs pratiqués.

            Il faut éviter d’opposer les personnels de La Poste aux usagers.

          On ne demande pas le statu quo postal ; il nous faut avoir des initiatives avec les usagers.

            Le débat public, ce n’est pas (même si ce n’est pas à exclure), l’organisation physique d’un débat centralisé.

            Tout fait partie du débat public (distribution de tracts, signatures de pétitions, initiatives diverses, etc..).

                     Il a été décidé :

-         de faire un compte rendu de cette première réunion

-         de faire un communiqué de presse annonçant la création du comité et appelant à la mobilisation du 22 novembre

-         d’appeler à un rassemblement le 22 novembre (comme dans toute la France) au Champs de Mars à Valence (devant La Poste)

-         de continuer à se réunir pour gagner une plus grande mobilisation, l’arrêt de la privatisation de La Poste et sa modernisation

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Section 2R-Vercors
commenter cet article

commentaires