Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 18:58

GAZ et HUILES DE SCHISTE :

NI ICI, NI AILLEURS !

Alors que la crise climatique impose de réduire drastiquement les gaz à effet de serre, les

compagnies pétrolières poursuivent leur fuite en avant: elles s’engagent dans

l’exploitation de nouveaux gisements d’énergies fossiles, alors qu’il faudrait d’ores et

déjà réduire la consommation et donc l’extraction des hydrocarbures (gaz et pétrole).

Une vingtaine de départements sont concernés par les permis d’exploitation

discrètement délivrés par Jean-Louis Borloo, avant son départ du ministère de l’écologie.

Les forages devraient reprendre dés le mois d’avril, malgré les annonces de Nathalie

Kosciusko-Morizet, qui, pour calmer la colère de la population, affirment que toutes les

autorisations sont suspendues.

Une technique dangereuse remise en cause aux États-Unis

et au Canada

La technique de fracturation hydraulique utilisée a été développée aux États-Unis, qui en

subissent aujourd’hui les conséquences désastreuses. Elle consiste a envoyer d’énormes

quantités d’eau et de produits chimiques, à 2000 mètres de profondeur, après avoir fait

exploser des charges pour extraire le gaz piégé dans les couches de roche.

Cette extraction engendre l’émission de trois fois plus de gaz à effet de serre que celle de

pétrole conventionnel. Au final, pour produire une énergie fossile dont la combustion va

encore accroître ces émissions.

Technique dangereuse et conséquences désastreuses:

• Sur l’environnement et la biodiversité : pollution du sol, des sous-sols, de l’eau et de

l’air ainsi que destruction des paysages par la multiplication des forages.

• Sur la santé de la population : plus de 500 produits mutagènes, toxiques ou

cancérigènes restent en profondeur, dispersés dans le sous sol, contaminant les nappes

et les cours d’eau, puis l’eau du robinet...

• Sur les réserves en eau déjà en péril de certains départements

• Sur l’agriculture, le tourisme, l’habitat

• Sur la lutte contre le changement climatique

• Sur notre avenir énergétique confié à des intérêts privés et aux multinationales du CAC

40.

Rejoindre un collectif pour dire non !

En l’absence totale d’information et de débat public, de nombreux collectifs regroupant

citoyens, associations, organisations syndicales ou politiques se créent partout en France.

Ils ont pour vocation d’informer, et de mobiliser la population afin d’organiser la

résistance, ainsi que de susciter la réflexion sur la société de l’après-pétrole dans

laquelle nous entrons.

De fortes mobilisations ont déjà eu lieu, mais elles se heurtent au pouvoir politique à la

solde des grandes compagnies : la bataille est engagée et ne fait que commencer!

Pour une politique énergétique conséquente, il faut :

• L’ arrêt immédiat des forages et l’annulation des autorisations d’exploitation des gaz de

schistes

• La promotion et le développement d’une véritable sobriété énergétique

• L’arrêt du nucléaire, la sortie progressive des énergies fossiles et le développement des

énergies renouvelables au sein d’un véritable service public de l’énergie

 

16 mars 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Section ROYANS-Vercors
commenter cet article

commentaires